théâtre de la Courte Echelle | Mon Bel Oranger, spectacle enfants marionnettes théâtre

Nos spectacles

Spectacle pour enfants, théâtre
spectacle_mon_bel_oranger_theatre_courte_echelle_465_300px1
spectacle_mon_bel_oranger_theatre_courte_echelle_465_300px2
spectacle_mon_bel_oranger_theatre_courte_echelle_465_300px3
spectacle_mon_bel_oranger_theatre_courte_echelle_465_300px4
spectacle_mon_bel_oranger_theatre_courte_echelle_465_300px5

Mon Bel Oranger

Théâtre et marionnettes, à partir de 7 ans

Adapté de l’œuvre de José Mauro de Vasconcelos
Durée : 1h

L’histoire

Très largement autobiographique, ce livre raconte la vie d’un enfant de sang indien et portugais, vivant dans une famille pauvre de Rio de Janeiro, avec un père sans emploi, meurtri et sombre.
Il connaît la violence familiale et sociale dans cette société brésilienne des années vingt.
Son imaginaire et une de ses sœurs lui apporteront un réconfort. Un oncle avivera sa curiosité naturelle. Un chanteur des rues lui fera découvrir la chanson qui se chante « en dehors » (avant il ne chantait qu’en dedans !). Un pied d’oranges douces se métamorphosera en confident. Celui qui deviendra son ami et son deuxième père, lui fera découvrir la tendresse.

« Mon bel oranger » peut s’inscrire dans un contexte global de médiation culturelle : rencontres et discussions avec les spectateurs, exploitation du contenu par les enseignants et travail en lien avec des classes. Un dossier pédagogique peut être fourni sur demande.

Le spectacle « Mon bel oranger » a été présenté au Festival d’Avignon 2015 au Chapeau d’Ebène Théâtre.

En savoir plus

Les thèmes

Le contexte historique et social particulier dans lequel l’œuvre s’inscrit peut apparaître comme étant assez universel dans l’espace et le temps : le personnage principal est un enfant vivant dans un milieu social « défavorisé » avec un père sans travail, retournant la violence sociale qu’il subit contre lui et sa famille.
Cet enfant arrive malgré tout à vivre ou à survivre, grâce à son imaginaire et sa capacité à faire face à ses difficultés, notamment par de précieuses rencontres dont celle de son père de substitution.
Malgré la dure réalité d’un quotidien qui le pousse à grandir trop vite, son esprit imaginatif et sa soif d’apprendre l’amèneront vers des rencontres décisives qui plus tard, le feront évoluer vers une vie d’adulte accompli en devenant un écrivain reconnu.
Ces thèmes forts, ce récit poignant et universel, résonnent donc de manière particulière aujourd’hui, dans une société moderne où le déterminisme social apparaît parfois comme une fatalité. Ce que cet enfant nous prouve à travers son incroyable force de vie, son insatiable curiosité, et sa formidable richesse intérieure, c’est que l’on peut trouver sa propre capacité à s’en sortir, sa propre résilience, pour que l’imagination et la réalité se réconcilient, et que les rêves peu à peu prennent vie.

Intentions de mise en scène

La ligne directrice de l’adaptation et de la mise en scène se base sur la trajectoire du personnage principal, pour la faire ressortir de façon à la fois elliptique et lisible pour un public d’enfants.
Entre les mains des manipulateurs, Zézé devient tellement vivant qu’il nous embarque dans son imaginaire. La vie de Zézé se révèle ainsi comme un tissage entre une dure réalité et une ouverture vers le rêve. Des sentiments très contrastés s’y confrontent, parfois violents, comme la mort, ou doux, comme la tendresse.
La référence constante à l’imaginaire de cet enfant est mise en abyme par la volonté d’associer sur scène marionnettes et comédiens.
La marionnette nous est apparue comme le support idéal puisqu’elle interroge de fait la notion de réel et d’imaginaire.
En effet, Zézé, marionnette représentant l’enfant, est manipulé par deux marionnettistes dont un est aussi sa voix et l’autre crée son espace. La voix représente aussi celle du conteur, de l’écrivain (l’enfant devenu grand !). L’oranger prend vie aux côtés de Zézé dans son autre réalité. Quant aux comédiens, ils se métamorphosent en permanence pour jouer les différents personnages grâce à des prothèses-masques. Les manipulateurs, narrateur et metteur en espace, sont ainsi situés entre la marionnette et le comédien.

Ce lien fort souhaité entre le fond et la forme est un des paris de mise en scène que nous nous sommes fixés.

Distribution

Adaptation et mise en scène :

Comédiens :

Marionnettistes : Armelle Peyrard et Claudine Serme

Scénographie, décors et marionnettes : Céline Carraud, David Frier et Martin Riguet
Masques et costumes : Isabelle Granier
Création musicale et ambiance sonore : Gérard Lavigne
Création lumières et régie : Martin Riguet

Technique :
Dimension scénique :
8m d’ouverture et 7m de profondeur minimum.
Obscurité indispensable.
Pour toute information technique, merci de contacter notre régisseur :
Martin Riguet, tech@courte-echelle.fr